anglais

Nouvelles



Critique – Mercure et Mercuri
Marie-Claude Lortie – La Presse
Édition du 31 janvier 2015, section GOURMAND, écran 10

La célèbre journaliste, chroniqueuse et critique gastronomique MarieClaude Lortie vous offre  sa critique du Bistro Mercuri et du “divinement tendre” Cerf de Boileau: Critique – Mercure et Mercuri

 

 

Restaurant Daniel

Au Coeur de Manhattan, grand restauranteur et chef-propriétaire de 6 restaurants primés Daniel Boulud, rend hommage à Cerf de Boileau sur Twitter et Instragram
2014-11-22 20:34 Expression of #fall #Venison #CerfDeBoileau #Quebec Ready to be Carved #cabbage #ladyapple #hazelnut…

#cerfdeboileau

 

Foodies en fête – Le Terroir selon Normand

À voir à l’édition du mois de novembre du magazine Cellier Nouvel Arrivage de la SAQ chef de renommé mondial et grand défenseur des producteurs d’ici, Normand Laprise, met à l’honneur les terroirs locaux. Voir les suggestions de vins à jumeler avec le Carré français de Cerf de Boileau

 

Le fabuleux destin gastromonique du Cerf de Boileau

Article par Nicolas Mesly, édition novembre-décembre 2014  Le coopérateur agricole, volume 43, #9

Voici l’histoire du “caviar des viandes”, un exposé sur la production locale de la ferme-à-la-table du Cerf de Boileau :

Le fabuleux destin gastronomique du Cerf de Boileau

 

L’Épicerie – ici.radio-canada.ca, aired September 3rd, 2014

Reportage du mercredi 3 septembre 2014 Chronique d’un éleveur de cerfs où nous rencontrons Denis Ferrer, éleveur de cerf dans le secteur de la Petite-Nation. Un passionné de bons produits qui vend le fameux cerf de Boileau dans les grands restaurants, jusqu’en Europe !
Du gibier sauvage au menu!

«Une question d’identité culinaire » selon l’article de Philippe Teisceira-Lessard et Marie-Claude Lortie publié dans La Presse le 23 février 2014.

À lire: Du gibier sauvage au menu

 

Les chefs! Cerf de Boileau en vedette

Les trois gagnants de la première semaine devront préparer un dessert chocolaté pour Sébastien Benoit, tout en respectant la thématique « Pyramide ».

Pour le défi principal, nos 14 aspirants-chefs devront concocter un plat principal avec le cerf de Boileau, et à leur grande surprise, compléter cette recette en y intégrant un abat. Le foie, le coeur et les rognons causeront bien des maux de tête…

Cette émission réserve une finale remplie d’émotions qui ne laissera personne indifférent.

PRODUIT VEDETTE CERF DE BOILEAU

Le Quartier Général est prêt pour Montréal en lumière 2013

Pour la première fois cette année, le bistro du Plateau le Quartier Général apparaissait dans la programmation du volet gastronomique du festival Montréal en lumière. Toutefois, afin de leur permettre de faire leurs preuves, les organisateurs du festival ne leur ont pas envoyé de chef invité. C’est donc leur chef à eux, Nicolas Ficuciello, qui a concocté un menu inspiré de la Wallonie, l’une des régions à l’honneur cette année.

Curieuse, et parce que j’aime beaucoup ce restaurant, j’ai voulu aller voir ce que Ficuciello avait de bon à offrir. Et ce n’était pas pour me décevoir. Un repas six services savoureux nous a été servi, dans une ambiance chaleureuse et vivante.

Pour débuter, on nous a servi une endive braisée avec jambon et fromage Mamirolle. Une excellente entrée en matière. On a enchaîné avec une tendre joue de porc braisée à la bière accompagnée d’une purée aligot, soit des pommes de terre mélangé à un cheddar vieilli.

A suivi un pressé de foie gras, saisi et réfrigéré 24 heures, avec une brioche grillée et un délicieux sirop de pomme. Copieux!

Au quatrième service, un râble de lapin aux champignons sauvages et à la compote de pruneaux nous plaît un peu moins, parce qu’un peu sec. Mais quand même, on termine notre assiette.

Une longe de cerf de Boileau vient ensuite rattraper le tout. Tendre et goûteux, le cerf est servi avec un gâteau de pomme de terre et poireaux et une sauce airelles et chocolat. Réussi!

Au dessert, le chef frappe un grand coup avec un pain perdu avec caramel à la bière blonde, glace à la vanille et fraises légèrement compotées. SA-VOU-REUX.

Bref, nous sommes ressorties heureuses après un bon repas de 3 heures. Bravo à l’équipe du QG, qui mérite qu’on lui fasse confiance l’an prochain! Et pour moi, ce restaurant «apportez votre vin» est devenu une valeur sûre que je conseillerais sans gêne à quiconque aime bien manger pour pas trop cher.